Le club des pendus

Depuis un petit moment maintenant, je reçois régulièrement des romans de la part de l’agence Anne & Arnaud et je les en remercie chaleureusement. Il y a quelques jours, j’ai reçu LE roman, celui que tu lis en deux jours, celui que tu ne peux pas quitter une seconde, celui dont tu dévores trois pages dès que tu as une minute de libre, celui qui est GÉNIAL: Le club des pendus de Tony Parsons.

Il s’agit là de la troisième enquête écrite par Tony Parsons avec Max Wolf en personnage principal et attachant. Cet opus est sorti le 21 Septembre et j’ai eu la chance de le découvrir quelques jours avant. Il aurait vraiment été dommage de passer à côté d’un tel chef d’oeuvre publié aux éditions de La martinière.

Si vous aimez les polars, ceux qui vous embarquent avec eux d’un bout à l’autre, vous pouvez tout de suite partir à la librairie, vous terminerez la lecture de cet article plus tard, y a plus urgent, comme commencer la lecture de ce roman ^^

Déjà, la couverture est intrigante je trouve, rose pâle, féminine, et en même temps cette corde qui traverse l’image. Qui fait froid dans le dos.

Pour la petite anecdote liée à la couverture, nous sommes allés un samedi chercher notre livraison de sacs de granules pour l’hiver et pendant que monsieur papa faisait un aller retour avec les premiers sacs, j’étais confortablement assise avec le reste des sacs, sur la palette, devant le dépôt du magasin ET avec mon roman. J’ai été, abordée par un des employés du magasin qui m’a demandé ce que je lisais et quand je lui ai montré la couverture, il s’est excusé car il pensait, à la vue du rose, que je lisais un roman érotique, au milieu de tout le monde. Il a bien rigolé en apercevant la corde et m’a demandé si je pouvais lui prêter une fois terminé car la présentation que je lui en ai faite lui a bien plus. Ce que je vais faire évidemment maintenant que je l’ai terminé. Un roman prend de la valeur en voyageant non? J’en suis persuadée en tout cas, j’adore offrir, prêter, partager une lecture que j’ai adoré, à des amis, des collègues, des inconnus. Je trouve que le livre prend alors un petit côté magique qui crée des liens.

Premier bon point donc.

Ensuite, l’histoire…Tout simplement intrigante, dérangeante, captivante, envoûtante.

Le club des pendus commence par une pendaison diffusée sur youtube. S’en suit alors l’enquête de Max Wolf, père célibataire de la jeune Scout, 6 ans. On découvre peu à peu que les « bourreaux », enlèvent puis pendent, toujours devant youtube, des hommes qui ont commis des crimes abominables et qui, malgré tout, ont reçu une peine minime aux vues des faits qui leur sont reprochés. La population se met alors à admirer ces bourreaux et nous plongeons avec Max dans les sous-sols historiques de Londres avec le plus célèbre bourreau d’autrefois: Albert Pierrepoint qui sert aujourd’hui de modèle et de héro aux bourreaux modernes.

Max Wolf se trouve alors tiraillé entre son rôle de flic et la justice qui en découle: ils commettent des meurtres et doivent donc être arrêtés et le sentiment de justice bien rendue que procure ces meurtres qui éliminent des « ordures ». Quelle est la frontière entre crime et justice? Max se retrouve plongé dans ce tourbillon de questions et nous embarque avec lui.

Dans le même temps, la vie suit son court avec ses bons et ses mauvais moments et Max en est le témoin, comme nous tous et les injustices de la vie s’imposent à lui. La vengeance est donc la solution pour se sentir mieux?? Les bourreaux ont ils raison? Apaisent ils les proches des victimes de ces criminels?

Au fil des pages, nous sommes embarqués dans une histoire à couper le souffle, nous faisant alterner entre cas de conscience, tendresse et peur.

J’ai adoré le club des pendus, vraiment. J’y ai plongé sans ceinture et j’ai été embarquée. J’ai adoré et je ne peux que vous le conseiller.

Pour ma part, je file à la librairie acheter les autres ouvrages de TOny Parsons, car vu la plume employée dans celui-ci, les autres titres sont prometteurs et me laissent espérer de bons moments de lecture.

Qui se lancera?

No Comments

Leave a Comment